Catégorie : Pasteurs

Auteur : David YONGGI CHO

Le Saint-Esprit: l'Associé par excellence dans l'évangélisation - David Yonggi Cho


Actes 13 :1- 4
'I
l y avait dans l’Eglise d’Antioche des prophètes et des docteurs : Barnabas, Simon, appelé Niger, Lucius de Cyrène, Manahen, qui avait été élevé avec Hérode le tétrarque, et Saul. Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère, le Saint-Esprit dit : mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés. Alors après avoir jeuné et prié, ils leurs imposèrent les mains et les laissèrent partir. Barnabas et Saul, envoyés par le Saint-Esprit, descendirent à Séleucie, et de là ils s’embarquèrent pour l’île de Chypre.''

 

Plusieurs leçons importantes ayant trait à la relation entre le travail d’évangélisation et le Saint-Esprit peuvent être tirées de ce récit.

Dans la prédication de l’Evangile, le Saint-Esprit est omnipotent et souverain. Ici, le Saint-Esprit montre, par l’utilisation du pronom « je », qu’il occupe une position prééminente au sein de l’Eglise. Cela signifie que l’œuvre de l’Evangile est l’œuvre que le Saint-Esprit réclame. Le Saint-Esprit veut ici souligner que l’ambassadeur plénipotentiaire par excellence n’est ni une dénomination, ni une personne particulière, mais le Saint-Esprit Lui-même.

Ce passage enseigne aussi clairement que ceux qui travaillaient avec l’Evangile ne peuvent accomplir leur mission que par le moyen d’un partenariat avec le Saint-Esprit. Sans une attente fervente de la direction du Saint-Esprit, telle que nous le voyons dans l’église d’Antioche, qui servait le Seigneur et priait par l’Esprit, comment pourrait-on entendre la voix discrète du Saint-Esprit ?

Ils partirent, envoyés, non par quelques dénominations ou organisations missionnaires, mais par le Saint-Esprit ! Ils n’avaient aucun budget missionnaire, aucune promesse de soutien financier régulièrement assuré. Rien n’est mentionné concernant l’argent, et cependant ils étaient envoyés par le Saint-Esprit, le Seigneur du ciel et de la terre. Avec un pareil appui, ils n’avaient rien à craindre. Bien entendu, cela ne signifie nullement que les dénominations, ou l’argent, ou les sociétés missionnaires soient superflus, mais ils n’étaient pas envoyés par un groupe de gens, ou une institution.
 

David YONGGI CHO 


Commentaires

Ajouter votre commentaire
X Fermer

Suggestions