Catégorie : Entrepreneurs

Auteur : David BONHOMME

3 mauvaises raisons d’entreprendre pour un chrétien - David Bonhomme


L’entrepreneur chrétien ne peut pas penser comme un entrepreneur qui ne connaît pas Dieu.

 

« Dieu agit dans toutes sortes de domaines, ne l’excluons pas du business. Il veut être le centre de notre vie et également de notre travail. De ce fait, nous ne pouvons pas voir notre entreprise comme ceux qui n’ont pas la foi. » - Jonathan Path
 

3 mauvaises raisons d’entreprendre pour un chrétien

Si nous regardons dans la Bible, voici quelques objectifs que beaucoup d’entrepreneurs ont et que nous devons rejeter :

  • Faire uniquement du profit ;
  • Être libre pour profiter de la vie ;
  • Ne pas avoir de patron.

Bien sûr, certains points sont discutables, mais je peux affirmer clairement que ceux-ci ne doivent pas être nos objectifs principaux au risque de passer à côté des grandes choses que Dieu nous réserve.
 

1 / Les raisons pour lesquelles un chrétien devrait entreprendre

Nos objectifs doivent être liés à la mission que Dieu nous donne : faire de toutes les nations des disciples et rechercher son royaume avant toute autre chose. 

Rechercher son royaume signifie amener la vie de Dieu sur la terre, comme par exemple ses principes, sa mentalité, ou encore son esprit.

Voici quelques objectifs concrets que nous pouvons en tirer :

  • Amener des valeurs chrétiennes dans son milieu professionnel ;
  • Libérer du temps pour être plus disponible pour son église ;
  • Gagner beaucoup d’argent pour pouvoir soutenir des églises, des œuvres ou des missionnaires, et savoir ajuster ses tarifs lorsque ces derniers sont des clients directs ;
  • Présenter à Jésus ses clients et partenaires ;
  • Créer de l’emploi, car le travail, surtout lorsque celui-ci fonctionne bien, est un pilier social et un élément de stabilité dans la vie d’une personne.

Nous devons clairement définir pour qui nous faisons notre entreprise. La faisons-nous pour nous-même et dans ce cas-là il faudra se débrouiller par nos propres moyens, ou pour Dieu avec, à ce moment-là, la possibilité de s’attendre à des résultats extraordinaires ?
 

2 / Avec Dieu, nous ferons des exploits ! 

À partir du moment où nous entreprenons pour Dieu, nous devons nous attendre à de grandes choses. Nous savons que Dieu fait des miracles : il guérit les malades, nous permet de trouver du travail, ou encore envoie ses anges. Alors croyons qu’il fera l’impossible pour notre entreprise ! Pour mettre sa foi en action, il faut souvent oser demander à Dieu de grandes choses. 

Je vous encourage à faire une liste de choses que vous aimeriez avoir ou faire. N’hésitez pas à voir grand !

Voici quelques exemples :

  • Ne pas avoir à travailler le soir et les week-ends pour être disponible pour votre famille et votre église ;
  • Que Dieu soit votre commercial : c’est lui qui vous amène les meilleurs clients possibles ;
  • Que vous puissiez amener à Jésus des personnes que vous côtoyez au travail ;
  • Que vous puissiez avoir des paroles de sagesse ou de connaissances pour des personnes de votre environnement professionnel.

Votre entreprise est unique, tout comme vous êtes unique ! Et vos objectifs sont surement uniques. Je vous encourage à vraiment prendre des temps de qualité avec Dieu afin qu’il vous dirige et vous inspire pour définir une grande vision pour votre business.
 

3 / Attention au workaholism

Pensez à régulièrement vous replonger dans la vision que vous avez pour votre entreprise. Sinon, vous risquez d’être rapidement dirigé par votre charge de travail et votre pression financière. Lorsque c’est le cas, nous avons tendance à beaucoup travailler afin de nous rassurer. Sauf que lorsque nous augmentons notre charge de travail, nous devenons plus enclins à mettre de côté nos priorités : notre relation avec Dieu, notre famille, notre vie d’église. Nous n’avons plus assez de recul sur la situation réelle et pensons facilement qu’une surdose de travail résoudra tous les problèmes.

Sauf que nous ne devons pas oublier que nous avons un Dieu de miracle. Si cela venait à vous arriver, prenez un bon temps avec Dieu. Confiez-lui votre vie, votre entreprise et votre situation. Remettez-lui les rennes de votre business et dites-lui qu’il ne vous appartient pas. Affirmez-lui que votre entreprise est éphémère et que ce qui compte c’est la vie éternelle qu’il vous offre.

Lorsque nous sommes constamment proche de Dieu, nous nous protégeons de ce genre de scénario catastrophe qui arrive à tant d’entrepreneurs. C’est exactement ce qui m’est arrivé à mes débuts. Une fois que nous abandonnons notre business à Dieu, nous réalisons que c’est lui qui en a les clés.
Nous osons alors lui demander de travailler 35 heures par semaine par exemple. Nous pouvons lui faire entièrement confiance et croire qu’il va multiplier ces 35 heures de travail que nous remettons entre ses mains.

 

David Bonhomme


Commentaires

Ajouter votre commentaire
X Fermer

Suggestions